In Broken English


Please like & share:

In Broken English est un groupe franco-américain fondé en 2007 par Gregg Anthe (compositions, chants, textes, guitares) et composé de Yannick Dangin Leconte (visuels,vj), Callie Uleners (chant, textes) , Justine Kay (basse, choeurs) et Aurore Gibert (guitares, chœurs). Gregg Anthe (ex Morthem Vlade Art, groupe avec lequel il sortira 5 albums, 3 compilations et tournera en Europe pendant presque 10 ans) et YDL (peintre de formation, performer, réalisateur, vj, au travail reconnu et sélectionné dans plusieurs festivals internationaux comme Videoformes, Traverses ou encore Living Videos) passeront l'année 2008 à élaborer la structure IBE, expérimenter les bases de ce qui deviendra alors l'équilibre, l'alchimie de deux univers charpentés et uniques. Porté par les compositions douces amères de Gregg Anthe et l'univers onirique de YDL, le projet articule un paysage, lieu, mélange de thèmes urgents et primitifs teinté d'un cynisme compris dans son sens premier: critique et romantique. Ré-enchanter le monde à coup d'abrasives rock, ritournelles pop et d'exploration visuelle. Ce tout tendu vers la même finalité: creuser la scène, l'image, le son. Callie Uleners, basée à San Francisco, intègre à son tour la formation. Avec Gregg Anthe, basé, lui, à Paris, ils élaboreront une méthode de travail à distance, compulsive, dont la fluidité n'a d'égal que l'urgence à créer, une émulation quotidienne qui galvanise ses auteurs et permet à chacun d'élargir son intuitivité - pas de parasitage des pensées durant le processus de création. La parfaite cohésion de l'ensemble tient à cette sensibilité commune dont la distance préserve la fraîcheur. L'image quant à elle accompagne les compositions d'un frisson expérimental et intimiste: chaque fois, des incrustations spasmodiques d'interférences diverses (intrusion soudaine de la couleur dans le matériau brut du noir et blanc, actes de violence ou de tendresse tranchant avec la passivité feinte des protagonistes principaux) viennent perturber le cadre étouffant dans lequel évoluent les personnages, le plus souvent un homme seul. In Broken English soulève donc subtilement le voile des apparences, avec un songwriting qui frappe directement, et la fêlure comme un accident de parcours dans les superbes voix de Gregg et Callie. L'arrivée, enfin, de la bassiste Justine Kay et de la guitariste Aurore Gibert ancre le groupe dans une pop solide et mâture que la noirceur vient opacifier sans jamais l'alourdir, à l'image de Joy Division ou du Velvet Underground. Emmanuelle Ferrand (D-Side Magazine).